L’entrée à l’école : mon choix

Je vais aborder un sujet qui fâche bon nombre de mon entourage : l’école !

Petit Pois #1 approche doucement de ses 3 ans – en août. Donc naturellement les gens lui parle de l’école. Et pourtant, elle n’ira pas.

En tout cas, pas pour ses 3 ans. C’est décidé, elle sera scolarisée l’année prochaine lors de ses 4 ans. Et pourquoi me répète t’on sans cesse ?!

Tout d’abord il faut savoir qu’ici les Petits Pois sont de gros dormeurs.

Petit Pois #1 a beau se coucher tard, elle se lève également très tard. C’est à dire 11 heures du matin. Petit Pois #2 bat aussi des records puisqu’il s’endort vers 22 heures et se lève vers 10 heures. Le pied hein ?!

Bon, lorsque je sors cet argument on me répond que c’est de ma faute. Qu’il faut décaler leurs rythmes. Mais ma réponse est que cela m’arrange très bien ainsi. Le matin je peux m’occuper des repas, de la maison, du linge… et les après-midis sont exclusivement réservés aux enfants et à leurs activités.

Ensuite viens le programme instauré la première année scolaire. Doux et léger. Avec moment de sieste et jeux.

Honnêtement je ne suis pas certaine que Petit Pois #1 aura beaucoup à apprendre cette première année puisque je m’engage à lui apprendre tout un tas de choses à la maison.

On dessine, on compte, on fais des puzzles, des activités tirées de Montessori … Bref, un petit programme déjà entamé depuis plusieurs mois auquel elle répond parfaitement et prend goût.

A çà on me répond régulièrement que l’école l’a rendra plus sociable. Et moi je persiste à penser que les 2 jours par semaine de lieu d’accueil parents/enfants auxquels j’emmène les Petits Pois suffisent amplement. Qu’ajouter à ça, nous allons souvent dans des parcs de jeux et qu’avec un petit frère et un autre bébé qui arrive bientôt, cela fais déjà beaucoup de contacts.

Pour finir, la période enfant est tellement courte que je souhaite en profiter un maximum. Alors gagner une année supplémentaire entière avec mes Petits Pois me rend heureuse.

Cependant je ne juge absolument pas le fait qu’on scolarise un enfant « normalement » à 2 et demi / 3 ans. Cela va du choix et des possibilités de chacun.

Et si un de mes Petits Pois vient à me réclamer l’école – par envie, il ira bien entendu.

                         stickers-crayons-de-couleurs-R1-123048-2

Publicités

Elle est – enfin – là !

Ne vous y méprenez pas… je n’annonce pas l’arrivée de Petit Pois #3 ( je vais t’éviter un rapide calcul. J’en suis à 29 sa et des poussières )

Mais alors qui est enfin arrivée chez nous ?!

*Roulement de tambour* *soupir de soulagement* LA POUBELLE À COUCHES !

Au départ cette mystérieuse poubelle me paraissait juste futile. Ça c’était lorsque j’attendais Petit Pois #1 et quand elle a était là d’ailleurs.

Même avec le recul, je me dis que la poubelle à couches n’aurait pas eu un réel intérêt. Petit Pois #1 a été allaité 13 mois et avant sa diversification, ses petites couches -bien que nombreuses- ne dégageait pas d’odeur presque mortelle.

Quoi que, depuis quelques mois, mieux vaut être préparer car la grosse commission est nauséabonde (oui bon, nous aussi nos cacas puent c’est dis !)

Par contre Petit Pois #2 est un sacré spécimen qui remplis ses couches tous les jours (ça c’est l’héritage intestinale de Papa, ça se « sent »). Je vous laisse imaginer le truc :

Petits Pois #1 et #2 portant des couches Taille 4 (je précise car ça a son importance, plus le chiffre est grand et plus la capacité de « stockage » est élevé. Allez comprendre qu’après commission, leurs couches sont juste énorme).

Des couches changées à la chaîne matin, midi et soir (l’après midi on sort donc on fais partager le doux parfum au monde extérieur)

Et pour réceptionner les offrandes, une petite poubelle métallique de salle de bain dans laquelle je place un sac plastique neuf tous les 2 jours maximum.

Bien même ainsi, l’odeur était insoutenable à chaque ouverture.

Avec l’arrivée prochaine de Petit Pois #3, il devenait logique que notre poubelle ne pourrait en supporter plus (nous avec en vérité). J’ai alors chercher activement une poubelle à couches adaptée. Et fais le comparatif sur internet.

Finalement c’est en allant chez Orchestra, que j’ai trouvé ma poubelle pour 15 euros seulement, une recharge incluse et une recharge supplémentaire pour 6 euros.

Et la voici : La Simplee de Tommee Tippee

Les raisons qui m’ont pousser à acheter celle ci en particulier sont simples.

Tout d’abord la promesse d’une capacité de 180 couches (actuellement avec 2 enfants ça signifie 2 mois = 1 recharge donc 1 bon mois quand Petit Pois #3 aura rejoins le clan), le fait qu’il y ait deux couvercles  (tu ouvres déjà le clapet gris foncé, tu pousses fort ta couche contre le clapet intérieur pour qu’elle tombe dans le seconde partie de la poubelle), elle n’emballe pas individuellement  (eh oui dans mon cas, ça aurait été une ruine! ) et son design simple.

La poubelle à pris place dans la chambre des Petits Pois (en hauteur sur la commode, dans un coin de mur – ça c’est l’astuce pour éviter que Petit Pois #2 ne soit tenté de tout renverser) et je dois dire que pour le moment aucune odeur n’a filtré ! En gros, je suis ravie et ma salle de bain se met à ressentir essentiellement le gel douche au monoï.

2016-01-18 08.01.32

 

2016 – Une nouvelle année

 

Tout d’abord, bonne et heureuse année 2016 à tous !

Je vais dresser mon petit bilan perso, histoire de me souvenir que des choses positives survenues durant l’année 2015oui, ne soyons pas maso pour noter le pire de l’année )

Il y a eu le mois de Février qui m’a apporté un beau petit garçon. A fais de moi, pour la seconde fois, une maman et a donné un nouveau statut à ma fille : grande soeur !

Puis est rapidement venu Juillet. Mois où j’ai fêté mes 21 ans mais aussi appris que j’étais enceinte à nouveau.

Sympa le cadeau d’anniversaire hein ?!

Août. Mon grand bébé, ma douce princesse a soufflé ses deux bougies. Deux ans qu’elle est arrivé dans nos vies. Et nous comble de bonheur.

 

Hum, vu comme ça l’année n’a pas été hyper trépidante.

Bon, en même temps je n’ai jamais prétendue avoir la vie d’une star parcourant le tour du monde.

Ici c’est plutôt Tour du Monde des saveurs à l’ouverture des couches * ( ah, tiens! On sent qu’on a mangé indien hier ) avec arrêts fréquents chez le docteur entre les vaccins, les visites obligatoires, les rhumes et autres. Les cabinets médicaux ressemblent aux visites du dimanche chez les grands-parents. Déjà que t’as pas envie d’y aller, en plus de ça faut payer juste pour obtenir du paracétamol sans ordonnance. Mais en bonne maman que tu es, tu préfères l’avis du docteur 😉 )

d’ailleurs on me souffle dans l’oreillette qu’il est urgent de me fournir une poubelle à couches !!!

 

Donc voici comment je me souviens de l’an 2015. Comme déjà dis, je n’y noterai pas les tracas survenus sinon je ne signe pas pour 2016 !

On évitera car 2016 promet déjà des choses sympa telles que les 1 an de mon petit garçon, l’arrivée de ce troisième bébé, les 3 ans de ma fille qui sera aussi synonyme de dernière année à la maison à 100% ( je ferai un article là dessus. L’entrée à l’école se fera pour ses 4 ans ) …

Je vous le redis, Bonne année à tout le monde et tâchez de profiter des plus beaux moments que vous offre le quotidien.

Pas qu’un truc de grand – mère : le tricot

Quand j’ai su que j’attendais mon troisième enfant, j’ai tout de suite pensé à lui concocter quelque chose fait par moi-même.

Et j’ai voulu tricoté.
CREA septpetits_moutons_mignons-rf90acedb145f43cfb03edd7cd7bd8f53_zp2d5_324crea oct nov

Je n’y connaissais rien du tout. Je n’avais pas de matériel et aucune notion. Juste de la volonté.

Et là je remercie YouTube, les blogs de tricoteuses et conseils de copinautes de Forum puisque j’ai pu rapidement me lancer dans un premier ouvrage : une brassière de naissance  ( que je reconnais volontiers comme raté – petit problème de taille, mais il faut bien débuter ).

Depuis mes débuts fin août de cette année, je me suis fixée pour objectif un « gros » ouvrage chaque mois.

J’ai pu confectionner la fameuse 1ère brassière, puis un gilet, une combinaison pyjama, une petite veste doublée de polaire, des bonnets, des chaussons… L’amélioration vient avec le temps, en même temps que l’auto-satisfaction.

Si vous aussi vous souhaitez vous lancer dans le tricot, voici quelques tutos faciles et très mignons ici , , et  également.

Mes articles indispensable

Depuis que je suis devenue maman de Petit Pois #1 des tas de choses ont défilés à la maison.

Des objets de puériculture qui ne nous ont pas servi, d’autres que l’on a pas aimé, et ceux là qu’on a tous adopté.

Dans la liste des articles que je n’achèterai pas pour Petit Pois #3 :

  1. Les gigoteuses ( et pourtant j’en ai dans le placard mais je ne m’en suis jamais servi )
  2. Le parc ( nous en avions acheté un tout neuf pour Petit Pois #1 et elle a détesté… vendu ! Ça fais de la place )
  3. Le trotteur ( non, non et triple non. Pas chez nous. Motricité libre pour tous même si pendant plusieurs semaines on est sans cesse derrière bébé pour éviter les chutes dans son apprentissage )
  4. Le porte bébé ( eu pour Petit Pois #1 en combiné avec l’écharpe de portage – je ferai un article prochainement sur le sujet d’ailleurs – mais pour moi les portes bébés de base ne sont pas adaptés à un nouveau-né )
  5. Le baby-phone ( les derniers cris ont l’air top mais pour ma part totalement inutile à mon quotidien )
  6. La balancelle ( Petit Pois #1 en a eu une et n’a jamais aimé le système. Aucun regret de sa vente puisque ça aussi ça prend beaucoup de place )

 

Ma liste de coups de cœur, qui me semble indispensable pour l’arrivée de bébé :

  1.  Le Cocoonababy de RedCastle ( je l’ai utilisé pendant des mois pour Petit Pois #1 que ce soit dans sa nacelle de poussette ou dans le berceau. Petit Pois #2 en a eu un second, qu’il a utilisé moins longtemps que sa sœur, mais durant toutes ses nuits dans le berceau )
  2. L’écharpe de portage de JePorteMonBéBé ( mon meilleur allié durant les premiers mois de bébé. Un confort inégalable que ce soit pour lui ou pour moi. Je suis à 100% convaincue )
  3. Le transat ( bien que Petit Pois #1 ne voulait pas du sien, pour son frère nous en avions racheté un au cas où. Et bingo! car avec deux enfants en bas âge et seulement deux bras, c’est très utile )
  4. Le nid d’ange ( que j’ai eu en cadeau de naissance pour Petit Pois #2, né en février, et avec les nuits fraîches il fallait bien le couvrir. J’ai adoré l’utiliser dans son lit )
  5. La babyNomade de RedCastle ( non, aucune action avec cette marque! Mais là l’avis est mitigé car j’ai utilisé la BabyNomade de #1 pendant de longs mois et pourtant quasiment pas pour #2. Je referai le test avec Petit Pois #3 )

PETIT POIS 1PETIT POIS 2

*En maman débutante que j’étais, j’ai utilisé le cocoonababy à l’envers durant 3 semaines. La loose ^^ Il faut savoir que le boudin ne sert pas d’oreiller mais de soutien pour les fesses!

Et voici la liste des objets que je compte acheter pour Petit Pois #3 :

  1. KEYO de BébéConfort ( cher, mais ingénieux. Un support tout simple où l’on peut fixer pleins d’objets de la marque tels que les coques, les nacelles, assises de chaise haute, transats… )
  2. Le transat KEYO
  3. Un tapis d’éveil ( tout comme le transat, c’est la chose que #2 a utilisé à l’inverse de sa sœur. Donc #3 en aura un pour me permettre un peu de temps libre… comme une douche )
  4. Des biberons neufs ( Petit Pois #1 a eu des Avent de Philips classique malgré un allaitement de 13 mois, avec une utilisation quotidienne actuelle en partage avec son frère, les pauvres ressemblent à des dinosaures )
  5. La coque Pebble de BébéConfort, son embase et ses adaptateurs poussette ( comme ça elle pourra aller sur le support Keyo, dans la voiture, et sur la poussette double )

beba-confort-par-keyo-bacbactapis-d-eveil-cocon-rosebebe-confort-pebble-graphic-crystal

 

Le délicieux test O’Sullivan

Aujourd’hui, j’ai passé pour la première fois le fameux test de glycémie provoquée ou autrement appelé Test O’Sullivan.

Alors c’est quoi encore ? C’est un dépistage au cours de la grossesse pour détecter un éventuel diabète gestationnel.

Comme dis plus haut, c’était ma première fois malgré que je ne sois pas une primipare. Mon gynécologue m’a toujours posé l’ultimatum suivant : prise de poids régulière et t’y échappes.

Manque de bol cette fois, la balance a indiquée une prise de poids trop importante sur un seul mois ( pour être franche, j’ai un doute sur le résultat mais vu que je prends beaucoup à chaque fois mieux vaut être fixée ! )

Voici le déroulement de mon après midi.

Je me suis rendue au laboratoire, à jeun, vers 16 heures ( une vraie warrior-mum pas vrai ?! ). On a commencé par une analyse d’urines ( et là, je peux être fière de moi ha ha… j’ai bien visée ! Oui, nous les filles, c’est pas aussi simple que les messieurs. C’est une mission que de faire pipi dans ce petit bocal sans en mettre partout ) puis par une première prise de sang. Ensuite on m’a donné cette fameuse bouteille contenant 75 grammes de glucose aromatisé au guarana et à l’orange.

868355_YUK6AO1BQ1WSSFHH5I2CS15IIQYC4N_glucomedics_H073412_L  <– Voici la bête !

Avant de poursuivre, je précise qu’on m’avait fais tout un schéma de ce test. Ce que j’en retiens c’est que ça serait affreux, impossible à boire, que ça pouvait me faire vomir et j’en passe… ça rassure n’est ce pas ?!

Donc me voilà avec ma petite paille et ma bouteille à la main, et dès la première gorgée je me suis dis : HUUUUUUUM MAIS C’EST VACHEMENT BON !

La laborantine a ri. J’en ai déduis que soit 1) je suis trop enrhumée pour ressentir que c’était immonde, soit 2) d’être à jeun depuis tant de temps a faussé le goût ou bien je suis juste 3) une grande tarée. Les trois propositions sont possibles.

Après ça, une heure d’attente avant de faire une seconde prise de sang. Une heure où j’ai pu donner les goûters aux deux Petits Pois dans leur poussette.

Après la seconde prise de sang, une nouvelle heure d’attente pour la troisième et dernière prise de sang. Résultat du test d’ici une dizaine de jours quand j’irai à mon rendez vous mensuel avec mon gynécologue puisqu’il se trouve dans le même bâtiment que le labo.

Projet de Naissance

Qu’est ce que c’est que ce truc encore ?

Pour Petit Pois #1 et Petit Pois #2, je trouvais l’idée d’un projet de naissance inutile.

Pour moi c’était réglé d’avance. Le jour de l’accouchement, je contracte, je me pointe, péri’, on pousse et hop! bébé dans les bras. Alors pourquoi prévoir son accouchement ?!

En vérité, j’ai compris un peu plus son sens lorsque je suis tombé enceinte de Petit Pois #3.

Cette grossesse sera très certainement la dernière ( je vous entends déjà me dire Ne jamais dire jamais. Je ne l’ai pas dis mais je le pense fortement. Un jour où l’autre il faut bien se stopper ). Et pour cette toute dernière aventure, je veux vivre des choses nouvelles.

On va déjà commencer du début.

Petit Pois #1 est née à 41 sa+1 jour, avec un déclenchement qui aura duré plus de 36 heures mais avec 11 heures de vrai travail. Un bel accouchement mais trop médicalisé.

Petit Pois #2 lui est arrivé à 39 sa+4 jours, avec un travail rapide et efficace. Je suis arrivée à la maternité dilatée à 3 cm et j’ai accouchée 3 heures plus tard avec une péridurale posée à 8 cm ( autant vous dire qu’elle fut efficace pile pour la sortie ). Un accouchement génial selon moi car j’ai fais le travail seule dans un box, sans visite du personnel médical. J’ai pris la péridurale seulement par crainte de souffrir lors d’être recousue…

ILHAN 9 bis

Avec deux accouchements sans complications et différents, je me suis posée la question suivante. Ne suis-je pas capable de me passer de cette fameuse péridurale pour Petit Pois #3 ?

Pour le moment, encore enceinte, je ne peux prétendre y répondre puisque tout se jouera le jour de l’accouchement. N’empêche que je me penche de près sur le sujet, que c’est devenu mon unique désir sur lequel je vais travailler avec une sage-femme.

L’idée exacte de mon projet est de vivre un accouchement sans péridurale, en effectuant le travail seule* dans une salle de travail type.

*Le Papa serait le bienvenu pendant le travail mais comme beaucoup d’hommes : les hôpitaux, attendre sans fin ( ou presque ) le fais fuir ^^ comme pour Petit Pois #2 il viendra dans la toute dernière ligne droite ( l’avantage d’avoir ses parents à 3 minutes de la clinique )

PS : mon gygy m’a assuré une piqûre d’anesthésiant locale en cas de points… Si j’avais su plus tôt.