Pas qu’un truc de grand – mère : le tricot

Quand j’ai su que j’attendais mon troisième enfant, j’ai tout de suite pensé à lui concocter quelque chose fait par moi-même.

Et j’ai voulu tricoté.
CREA septpetits_moutons_mignons-rf90acedb145f43cfb03edd7cd7bd8f53_zp2d5_324crea oct nov

Je n’y connaissais rien du tout. Je n’avais pas de matériel et aucune notion. Juste de la volonté.

Et là je remercie YouTube, les blogs de tricoteuses et conseils de copinautes de Forum puisque j’ai pu rapidement me lancer dans un premier ouvrage : une brassière de naissance  ( que je reconnais volontiers comme raté – petit problème de taille, mais il faut bien débuter ).

Depuis mes débuts fin août de cette année, je me suis fixée pour objectif un « gros » ouvrage chaque mois.

J’ai pu confectionner la fameuse 1ère brassière, puis un gilet, une combinaison pyjama, une petite veste doublée de polaire, des bonnets, des chaussons… L’amélioration vient avec le temps, en même temps que l’auto-satisfaction.

Si vous aussi vous souhaitez vous lancer dans le tricot, voici quelques tutos faciles et très mignons ici , , et  également.

Mes articles indispensable

Depuis que je suis devenue maman de Petit Pois #1 des tas de choses ont défilés à la maison.

Des objets de puériculture qui ne nous ont pas servi, d’autres que l’on a pas aimé, et ceux là qu’on a tous adopté.

Dans la liste des articles que je n’achèterai pas pour Petit Pois #3 :

  1. Les gigoteuses ( et pourtant j’en ai dans le placard mais je ne m’en suis jamais servi )
  2. Le parc ( nous en avions acheté un tout neuf pour Petit Pois #1 et elle a détesté… vendu ! Ça fais de la place )
  3. Le trotteur ( non, non et triple non. Pas chez nous. Motricité libre pour tous même si pendant plusieurs semaines on est sans cesse derrière bébé pour éviter les chutes dans son apprentissage )
  4. Le porte bébé ( eu pour Petit Pois #1 en combiné avec l’écharpe de portage – je ferai un article prochainement sur le sujet d’ailleurs – mais pour moi les portes bébés de base ne sont pas adaptés à un nouveau-né )
  5. Le baby-phone ( les derniers cris ont l’air top mais pour ma part totalement inutile à mon quotidien )
  6. La balancelle ( Petit Pois #1 en a eu une et n’a jamais aimé le système. Aucun regret de sa vente puisque ça aussi ça prend beaucoup de place )

 

Ma liste de coups de cœur, qui me semble indispensable pour l’arrivée de bébé :

  1.  Le Cocoonababy de RedCastle ( je l’ai utilisé pendant des mois pour Petit Pois #1 que ce soit dans sa nacelle de poussette ou dans le berceau. Petit Pois #2 en a eu un second, qu’il a utilisé moins longtemps que sa sœur, mais durant toutes ses nuits dans le berceau )
  2. L’écharpe de portage de JePorteMonBéBé ( mon meilleur allié durant les premiers mois de bébé. Un confort inégalable que ce soit pour lui ou pour moi. Je suis à 100% convaincue )
  3. Le transat ( bien que Petit Pois #1 ne voulait pas du sien, pour son frère nous en avions racheté un au cas où. Et bingo! car avec deux enfants en bas âge et seulement deux bras, c’est très utile )
  4. Le nid d’ange ( que j’ai eu en cadeau de naissance pour Petit Pois #2, né en février, et avec les nuits fraîches il fallait bien le couvrir. J’ai adoré l’utiliser dans son lit )
  5. La babyNomade de RedCastle ( non, aucune action avec cette marque! Mais là l’avis est mitigé car j’ai utilisé la BabyNomade de #1 pendant de longs mois et pourtant quasiment pas pour #2. Je referai le test avec Petit Pois #3 )

PETIT POIS 1PETIT POIS 2

*En maman débutante que j’étais, j’ai utilisé le cocoonababy à l’envers durant 3 semaines. La loose ^^ Il faut savoir que le boudin ne sert pas d’oreiller mais de soutien pour les fesses!

Et voici la liste des objets que je compte acheter pour Petit Pois #3 :

  1. KEYO de BébéConfort ( cher, mais ingénieux. Un support tout simple où l’on peut fixer pleins d’objets de la marque tels que les coques, les nacelles, assises de chaise haute, transats… )
  2. Le transat KEYO
  3. Un tapis d’éveil ( tout comme le transat, c’est la chose que #2 a utilisé à l’inverse de sa sœur. Donc #3 en aura un pour me permettre un peu de temps libre… comme une douche )
  4. Des biberons neufs ( Petit Pois #1 a eu des Avent de Philips classique malgré un allaitement de 13 mois, avec une utilisation quotidienne actuelle en partage avec son frère, les pauvres ressemblent à des dinosaures )
  5. La coque Pebble de BébéConfort, son embase et ses adaptateurs poussette ( comme ça elle pourra aller sur le support Keyo, dans la voiture, et sur la poussette double )

beba-confort-par-keyo-bacbactapis-d-eveil-cocon-rosebebe-confort-pebble-graphic-crystal

 

Le délicieux test O’Sullivan

Aujourd’hui, j’ai passé pour la première fois le fameux test de glycémie provoquée ou autrement appelé Test O’Sullivan.

Alors c’est quoi encore ? C’est un dépistage au cours de la grossesse pour détecter un éventuel diabète gestationnel.

Comme dis plus haut, c’était ma première fois malgré que je ne sois pas une primipare. Mon gynécologue m’a toujours posé l’ultimatum suivant : prise de poids régulière et t’y échappes.

Manque de bol cette fois, la balance a indiquée une prise de poids trop importante sur un seul mois ( pour être franche, j’ai un doute sur le résultat mais vu que je prends beaucoup à chaque fois mieux vaut être fixée ! )

Voici le déroulement de mon après midi.

Je me suis rendue au laboratoire, à jeun, vers 16 heures ( une vraie warrior-mum pas vrai ?! ). On a commencé par une analyse d’urines ( et là, je peux être fière de moi ha ha… j’ai bien visée ! Oui, nous les filles, c’est pas aussi simple que les messieurs. C’est une mission que de faire pipi dans ce petit bocal sans en mettre partout ) puis par une première prise de sang. Ensuite on m’a donné cette fameuse bouteille contenant 75 grammes de glucose aromatisé au guarana et à l’orange.

868355_YUK6AO1BQ1WSSFHH5I2CS15IIQYC4N_glucomedics_H073412_L  <– Voici la bête !

Avant de poursuivre, je précise qu’on m’avait fais tout un schéma de ce test. Ce que j’en retiens c’est que ça serait affreux, impossible à boire, que ça pouvait me faire vomir et j’en passe… ça rassure n’est ce pas ?!

Donc me voilà avec ma petite paille et ma bouteille à la main, et dès la première gorgée je me suis dis : HUUUUUUUM MAIS C’EST VACHEMENT BON !

La laborantine a ri. J’en ai déduis que soit 1) je suis trop enrhumée pour ressentir que c’était immonde, soit 2) d’être à jeun depuis tant de temps a faussé le goût ou bien je suis juste 3) une grande tarée. Les trois propositions sont possibles.

Après ça, une heure d’attente avant de faire une seconde prise de sang. Une heure où j’ai pu donner les goûters aux deux Petits Pois dans leur poussette.

Après la seconde prise de sang, une nouvelle heure d’attente pour la troisième et dernière prise de sang. Résultat du test d’ici une dizaine de jours quand j’irai à mon rendez vous mensuel avec mon gynécologue puisqu’il se trouve dans le même bâtiment que le labo.

Projet de Naissance

Qu’est ce que c’est que ce truc encore ?

Pour Petit Pois #1 et Petit Pois #2, je trouvais l’idée d’un projet de naissance inutile.

Pour moi c’était réglé d’avance. Le jour de l’accouchement, je contracte, je me pointe, péri’, on pousse et hop! bébé dans les bras. Alors pourquoi prévoir son accouchement ?!

En vérité, j’ai compris un peu plus son sens lorsque je suis tombé enceinte de Petit Pois #3.

Cette grossesse sera très certainement la dernière ( je vous entends déjà me dire Ne jamais dire jamais. Je ne l’ai pas dis mais je le pense fortement. Un jour où l’autre il faut bien se stopper ). Et pour cette toute dernière aventure, je veux vivre des choses nouvelles.

On va déjà commencer du début.

Petit Pois #1 est née à 41 sa+1 jour, avec un déclenchement qui aura duré plus de 36 heures mais avec 11 heures de vrai travail. Un bel accouchement mais trop médicalisé.

Petit Pois #2 lui est arrivé à 39 sa+4 jours, avec un travail rapide et efficace. Je suis arrivée à la maternité dilatée à 3 cm et j’ai accouchée 3 heures plus tard avec une péridurale posée à 8 cm ( autant vous dire qu’elle fut efficace pile pour la sortie ). Un accouchement génial selon moi car j’ai fais le travail seule dans un box, sans visite du personnel médical. J’ai pris la péridurale seulement par crainte de souffrir lors d’être recousue…

ILHAN 9 bis

Avec deux accouchements sans complications et différents, je me suis posée la question suivante. Ne suis-je pas capable de me passer de cette fameuse péridurale pour Petit Pois #3 ?

Pour le moment, encore enceinte, je ne peux prétendre y répondre puisque tout se jouera le jour de l’accouchement. N’empêche que je me penche de près sur le sujet, que c’est devenu mon unique désir sur lequel je vais travailler avec une sage-femme.

L’idée exacte de mon projet est de vivre un accouchement sans péridurale, en effectuant le travail seule* dans une salle de travail type.

*Le Papa serait le bienvenu pendant le travail mais comme beaucoup d’hommes : les hôpitaux, attendre sans fin ( ou presque ) le fais fuir ^^ comme pour Petit Pois #2 il viendra dans la toute dernière ligne droite ( l’avantage d’avoir ses parents à 3 minutes de la clinique )

PS : mon gygy m’a assuré une piqûre d’anesthésiant locale en cas de points… Si j’avais su plus tôt.

La surprise du sexe

gender

Alors que pour mes deux enfants, j’ai voulu savoir le plus tôt possible ce qui se cachait dans mon bidon ; pour ce troisième enfant, dès le départ je voulais conserver cette surprise.

L’idée est venue grâce à des copinautes de Forum Bébés ( #MamanAndCo que j’affectionne tout particulièrement depuis 2012 ).

Ces filles qui, même dès leur premier bébé, n’ont jamais voulu connaître le sexe de leur enfant. Cette attente de plusieurs mois avant de découvrir leur enfant dans sa totalité m’épatait.

Et quand j’ai appris ma grossesse pour Petit Pois #3, ce fût immédiat dans ma tête : JE VEUX MOI AUSSI CETTE SURPRISE !

Le Papa n’étant toujours pas fan de mon idée, a tenu à savoir le sexe à la seconde échographie vers 22 sa.

Du coup, il y a un bon côté c’est que nous pouvons préparer l’arrivée de notre futur enfant normalement. Puisque nous faisons les magasins de vêtements ensemble, je choisis ce qui m’intéresse dans les deux rayons. Et lors du passage en caisse, c’est Monsieur qui se charge de régler les bons articles.

Les vêtements achetés resteront dans leurs emballages jusqu’à mon retour de la maternité.

Par contre, bonjour la pression des familles qui nous harcèlent pour savoir ce que c’est.

L’incompréhension vient surtout des femmes. Tout le monde cherche à poser un pari, à soudoyer le futur Papa, à chercher des indices… Usant et amusant à la fois.

Quoi qu’il en soit ce n’est plus si proche du but que je céderai.

J’attends patiemment début avril pour découvrir notre mini-nous.

Et honnêtement c’est juste magique d’être dans le doute. De ne pas tout découvrir avant même d’avoir accoucher. De ne pas savoir si j’aurai une seconde fille ou un second garçon. Car au fond peu importe, je veux mon enfant.

Choisir le prénom

guigoz-quel-prenom

Une des étapes importantes dans la grossesse, c’est bien le choix du prénom.

Une évidence pour certain(e)s et le début d’un casse-tête pour d’autres.

Pour Petit Pois #1, nous étions pourtant d’accord sur un prénom féminin très rapidement. Un véritable coup de cœur ! Et pourtant notre fille ne porte pas ce prénom.

La raison ? Nous n’avons pas su imposer notre choix car certains n’étaient pas d’accord.

Alors quand on a su que Petit Pois #2 serait un garçon, on était bien décidés à imposer coûte que coûte le prénom que nous voulions.

Encore une fois, un petit détail nous a fais changer d’avis.

Un membre de la famille, pas franchement sympathique, porte ce prénom. Çà nous a totalement refroidis.

Finalement nous avons pu trouver un autre nom tout mignon pour notre bébé mais encore une fois, les mêmes personnes n’ont pas approuvés. Mais on lui a donné !

Petit Pois #3 est un bébé « Kinder » comme on le dis sur les forums. J’ai envie de garder la surprise du sexe pour la naissance, bien que le futur Papa sache déjà ce qui se cache dans mon bidon habité.

Si c’est un garçon notre choix sera vite fait mais pour une fille, rien n’est encore décidé. ( J’en suis à 26 sa, mine de rien ça file ! )

Mais voici les notes à retenir ( du moins valable pour moi ) :

  • l’ultime : ne pas demander l’avis de la famille ou entourage

Entre ceux qui n’aiment pas, qui balancent les jeux de mots, ou s’obstinent à vous faire aimer leurs choix… non merci 😉

  • l’orthographe :

Dans notre cas, couple franco-turc, nous devons faire attention à l’écriture du prénom. Nous choisissons des prénoms turcs pour nos enfants, et certains prénoms turcs sont imprononçable en Français. Donc beaucoup trop dur au quotidien.

  • les doublons :

La futur tata porte déjà ce prénom ?! Votre maman ( * là dessus, j’ai fais moi même l’erreur alors je peux bien me permettre de donner mon avis non ?! ), ou mieux encore le Papa !

Mieux vaut s’abstenir d’offrir le prénom d’une personne trop proche de la famille. Question de s’y retrouver et de rendre l’enfant « unique« .

  • les prénoms tendances :

Je ne parle pas des prénoms que l’on voit toujours en haut des Tops ( bien que je n’accroche pas spécialement, au final on est nombreux à aimer des mêmes choses dans la vie. Bah les prénoms c’est pareil ) mais de ces prénoms que des parents donne en faisant référence à l’actualité.

Appeler son gamin pour une star, ou une marque… et j’en passe car certains sont farfelus. Pour nous l’effet mode, pas question.

  • les associations :

J’entends par là les jeux de mots, les prénoms à rallonge, nom de famille avec le prénom…

Bien que certains jeux de prénoms soient bas et trop poussés, il y a des limites. Vous connaissez sûrement l’histoire de ces frères et sœurs Fanta, Pepsi et Cola… douteux quand même.

Les prénoms à rallonge, genre je donne à mon enfant 6 prénoms car je les apprécie tous.

Et la connexion prénom/nom de famille. Appeler sa fille Anna alors que son nom sera Tomie, ou bien Denis Chon… Bref vous l’aurez compris, parfois ce n’est pas très valorisant.

 

Bon, et bien quant à nous il nous reste une petite centaine de jours avant que Petit Pois #3 ne débarque dans nos vies… On va tenter de mettre le turbo pour lui offrir un joli petit nom.

LA Poussette

Soyons honnête si il y a bien une chose à laquelle, nous future maman, on est ravie de penser pendant notre grossesse c’est la poussette.

En tout cas, moi oui !

 

Je vais vous éviter ce long périple qui nous a finalement conduis à cette fameuse poussette double donc je remercie l’existence tous les jours.

Car non, elle ne fut pas l’évidence certaine lorsque Petit Pois #2 s’est pointé. Avant il y a eu d’autres… mais avec deux enfants en bas âge et notre mode de vie, finalement la poussette double est l’objet indispensable à mon quotidien de maman baladeuse à pied et transports en communs.

J’ai opté pour l’EvoluTwin de RedCastle, en coloris taupe.

Ou tendrement surnommée « Mercedes » par mon beau-papa ^^

EVOLUTWIN bb2

Commandée via AlloBébé sur internet et reçu en une semaine si mes souvenirs sont bons ( la seule chose dont je me souvienne réellement c’est qu’à sa réception j’étais comme une enfant déballant un paquet cadeau, sauf que là le paquet carton était XXL et que j’étais sur le parking de ma résidence ) 

Je me suis empressée de la monter, et bien sûr de la tester en ce beau matin d’août 2015 avec mes deux Petits Pois encore en pyjamas.

EVOLUTWIN BB1

Points positifs :

  • Poussette modulable grâce à ses assises
  • Pliage compacte et roues qui se déclipsent
  • Évolutive de simple en double
  • Guidon réglable en hauteur
  • Grand panier 
  • Canopys bien couvrants et habillages pluie séparés
  • Trois systèmes de blocage des roues
  • Très maniable
  • Déhoussable mais…

Points négatifs :

  • Un pliage un peu capricieux ( devoir appuyer sur un bouton au côté, presser un autre sur le guidon, tout en poussant le guidon vers le bas – perso, je galère avec mon bidon de femme enceinte donc c’est l’homme qui s’y colle ! )
  • Déhoussable mais un vrai parcours du combattant ( nombreux boutons à déclipser, et pas toujours simple à remettre mais au moins ça passe en machine )
  • Le prix ( bien que je l’ai eu à un prix imbattable, n’hésitez pas à faire des comparatifs parmi les offres car les différences sont parfois surprenantes )

 

Personnellement, j’adore ma poussette. J’en suis certaine, elle ne quittera pas le foyer avant que le popotin de Petit Pois #3 ne désire marcher aux côtés de son frère et de sa sœur.

3660950051469_2

Pour faire face à l’arrivée de bébé, nous devrons investir dans la coque Pebble de chez BébéConfort et ses adaptateurs car la poussette est vendue seulement avec des assises simples, deux habillages pluies et deux paires d’adaptateurs pour cosy RC2 de RedCastle ( par soucis de note au crashtest nous ne préférons pas l’acheter )

Au niveau tarif, elle est vendue en moyenne à 600 euros.

Grâce à AlloBébé et un code réduction, je l’ai eu pour 500 euros

Dernière petite chose à savoir. La poussette a fais l’objet d’un rappel produit en avril 2015 pour déchaussage de roues et problème au niveau du bras télescopique.

Donc si vous souhaitez acheter ce produit d’occasion, demander au vendeur son certificat de remise en bon état remis par RedCastle. Ou bien en l’achetant neuve, vous vous assurez de son contrôle déjà effectué.

 

Et vous, quelle poussette avait vous choisi ?